stratégie RSE - Coapi

Comment faire de la RSE de façon efficace et pertinente ?

Stratégie RSE, 5 règles fondamentales.

Pour mettre en place une stratégie RSE, il existe des dizaines d’outils, de techniques, de référentiels. Et puis, face aux enjeux très larges de la RSE, on peut très facilement être perdus et ne plus savoir par où commencer. On se retrouve alors à mettre en place une politique RSE un peu à l’aveugle, en tâtonnant, sans trop savoir où l’on va.

Pourtant, en respectant quelques règles simples, on peut donner des bases solides à sa politique RSE et s’assurer qu’elle soit réellement efficace.

La suite sur : https://e-rse.net/5-regles-base-demarche-rse-efficace-27443/?utm_source=NL#gs.3m7ennI

Coapi à la journée de l’Entrepreneur à Saujon (stand N°24)

Coapi et la Couveuse d’entreprises de Charente Maritime font stand commun (N°24)

le 28 novembre à la  Journée de l’Entrepreneur à Saujon.

venez nous rencontrer !

 

 

Une nouvelle possibilité de financement pour les entrepreneurs-salariés.

Les Cigales Nouvelle-Aquitaine sont devenues ce 15 septembre actionnaires de la SCOP COAPI et les deux structures ont signé un accord de partenariat facilitant le financement des projets des entrepreneurs salariés de COAPI.

De manière très concrète, un entrepreneur désirant bénéficier d’un prêt pour investir ou développer son activité pourra désormais solliciter un ou plusieurs clubs Cigales. Après examen de son dossier par les investisseurs il aura accès à un financement ( à coût très modéré) et à un accompagnement complémentaire de celui de COAPI.

Pour rappel, les Clubs Cigales sont des groupes d’investisseurs qui constituent librement une épargne et la mette à disposition de projets économiques locaux. C’est du capital risque, engagé socialement. Les prêts sont consentis pour une une durée pouvant aller jusqu’à 5 ans pour quelques milliers d’euros. Les « Cigaliers » assurent en parallèle un accompagnement bienveillant des activités dans lesquelles ils se sont engagés. http://www.cigalespoitoucharentes.org

Ce 15 septembre, Michel LACROIX pour COAPI, Jean-Yves ANGST pour les Cigales Nouvelle-Aquitaine ont signé une convention de partenariat. L’événement s’est tenu en gare de Châtelaillon-Plage où est installé depuis juillet 2017, Maxime DUBOY et son activité de location et réparation de vélo. La sncf via Gares & Connexions, est partenaire du développement de Cyclomax, l’activité de Maxime DUBOY, puisqu’elle met à disposition un local commercial de 50 m² dans la gare elle-même. Maxime bénéficie d’un montant de loyer progressif.

Belle rencontre entre acteurs économiques ! C’est bien ça l’état d’esprit de COAPI.

La coopérative d’entrepreneurs selon Coapi

Qu’est-ce qu’une coopérative d’entrepreneurs ?

Une coopérative d’entrepreneurs est une coopérative d’activités et d’emploi (CAE). C’est une structure qui propose à un entrepreneur confirmé ou en devenir, d’installer, de développer et de pérenniser son activité dans un cadre à la fois collectif et individuel. La coopérative d’activités et d’emploi, que chez Coapi nous aimons nommer la coopérative d’entrepreneurs, offre un statut « d’entrepreneur salarié » qui permet de se rémunérer sous la forme d’un salaire et de profiter des avantages du régime général de la Sécurité Sociale. Une coopérative d’entrepreneurs vous permet de conserver une activité autonome pour laquelle vous êtes le seul décideur dans un contexte collectif d’entrepreneurs qui mutualisent les besoins communs.

Quels services sont proposés par une coopérative d’entrepreneurs ?

Les CAE proposent avant tout, un cadre sous différentes formes dont les premières sont incontournablement administratives.

  • Un cadre juridique indispensable qui intègre de fait un enregistrement au Registre du Commerce et des Sociétés, et l’attribution d’un numéro de TVA.
  • Un statut d’entrepreneur-salarié assorti d’un contrat de travail, toujours en CDI, auquel on peut consacrer ou non, tout son temps.
  • Un service de comptabilité qui intègre la comptabilité à proprement parler, l’élaboration des salaires et des bulletins qui y sont associés, l’exécution des tâches fiscales et sociales.

D’autres formes du cadre proposé par une coopérative d’entrepreneurs, relèvent de valeurs ajoutées plus subtiles. Ces valeurs ajoutées paraissent à première vue si évidentes qu’il ne semblerait pas nécessaire de les aborder avec du cadre, et pourtant… L’intérêt de la structure d’une coopérative est de ne jamais lâcher le soutien, là où, très humainement, confrontés au rythme des réalités quotidiennes, les entrepreneurs peuvent perdre de vue les avantages des échanges et de l’action collective. C’est sous différentes formes (cadre) que les actions collectives s’organisent au profit de la dynamique de chacun.

  • La coopérative favorise des temps d’échanges entre entrepreneurs qui sans faire le même métier peuvent être exposés à des expériences similaires.
  • Une coopérative d’entrepreneurs organise tous les 2 mois un séminaire pour ses membres dont l’objet, à travers différents thèmes, est l’échange de compétences et d’expériences.
  • Un mécanisme d’accompagnement individuel est pris en charge par la structure de la coopérative. Celui-ci est plutôt tourné vers le développement économique de l’activité de l’entrepreneur, sans négliger le savoir-être pour soi et l’autre (clients, fournisseurs, etc.).
  • Dans COAPI s’ajoute une chaine de parrainage entre chaque membre : chacun est un parrain et chacun est un filleul. C’est ici un soutien humain non jugeant, inconditionnel et régulier.

Fonctionnement d’une coopérative d’entrepreneurs (C.A.E.)

Comme nous l’évoquions ci-dessus, l’entrepreneur-salarié d’une coopérative d’activités et d’emploi profite d’un accompagnement individuel mis en oeuvre par la coopérative. L’un des objectifs de cet accompagnement est de conduire l’entrepreneur à devenir un associé de la coopérative. À ce titre l’entrepreneur passe avec la coopérative un contrat écrit qui précise les points suivants :

  • Les objectifs fixés par les deux parties et les obligations d’activité minimale de l’entrepreneur-salarié.
  • Les moyens mis en oeuvre par la coopérative pour le soutien du développement économique de l’entrepreneur.
  • Les précisions sur la contribution de l’entrepreneur au financement des services mutualisés.
  • Les montants de la part fixe de rémunération et les modalités de calcul des parts variables.
  • Les statuts de la coopérative.
  • Les conditions dans lesquelles sont garantis à l’entrepreneur-salarié ses droits sur la clientèle qu’il a apportée, créée et développée, ainsi que ses droits de propriété intellectuelle.
  • Ce contrat définit les conditions dans lesquelles l’entrepreneur salarié bénéficie, par période de douze mois, d’au moins 2 entretiens individuels d’accompagnement faisant l’objet d’un document écrit et signé par l’entrepreneur salarié.

La coopérative d’activités et d’emploi (coopérative d’entrepreneurs pour Coapi) se doit de tenir pour chaque activité économique autonome :

  • Un compte analytique de bilan qui récapitule les éléments de l’actif et du passif,
  • un compte analytique de résultats qui récapitule les produits et les charges de l’exercice.

Dans un délai maximal de trois ans à compter de la conclusion du contrat, l’entrepreneur-salarié devient associé de la CAE. Si l’entrepreneur-salarié ne devient pas associé avant ce délai, le contrat prend fin.

Coapi fournit à tous ses membres un livret d’accueil qui explique en détail l’ensemble des informations relatives à l’engagement de votre activité dans la coopérative. Le premier temps d’information est une réunion publique que Coapi donne une fois par mois sur La Rochelle, Rochefort, Saintes, Royan.

Coapi au Salon de l'entreprise de La Rochelle

Coapi au Salon de l’entreprise de La Rochelle

Coapi au salon de l’entreprise de La Rochelle : Une première

Coapi est une jeune pouce qui avance sans perdre de temps. La coopérative d’entrepreneurs de Charente-Maritime se réjouit avec tous ses membres de pouvoir vous rencontrer à cette occasion. Avec presque une année d’expérience, Coapi accueille aujourd’hui, une douzaine d’entrepreneurs venus d’univers et de générations différents. Chaque entrepreneur poursuit dans Coapi des objectifs qui lui sont propres, mais au sein d’une dynamique collective sur bien des points. Vivre l’expérience Coapi au Salon de l’entreprise de La Rochelle est un moment particulier et choisi pour se rencontrer, échanger et appendre beaucoup des attentes et des propositions de chacun.

Une première au parfum d’expérience.

Coapi au Salon de l’entreprise de La Rochelle, c’est une première mais pas une terre inconnue. Coapi sera proche de ses origines puisqu’elle partagera le stand de la Couveuse d’entreprises de Charente-Maritime. La coopérative d’entrepreneurs a en quelque sorte vu le jour en couveuse. Le projet devenu Coapi est issu des réflexions croisées entre administrateurs et utilisateurs de la CECM. Cette dernière, partenaire de la première heure, participe à part entière au développement de Coapi. Il était donc bien naturel que ces deux entités partagent le même espace au Salon de l’entreprise de La Rochelle 2017. Vous découvrirez sur ce stand commun, la continuité évidente entre nos deux structures. La Couveuse d’entreprises de Charente-Maritime est le dispositif idéal pour tester votre activité ou son lancement et Coapi s’avère être une expérience de continuité logique pour ceux qui se reconnaissent dans les vertus du collectif et dans la culture de l’économie sociale et solidaire.

Coopérative d’entrepreneurs, le point de départ d’une nouvelle ère.

Venir discuter sur le stand de Coapi au salon de l’entreprise de La Rochelle, c’est aussi comprendre les enjeux d’un avenir aux facettes multiples et complexes. À l’heure de nouvelles approches du Code du travail, en pleine « ubérisation sociale », la coopérative d’entrepreneurs Coapi est sans doute l’alternative la plus clairvoyante à ce jour. Quel dispositif allie aujourd’hui un soutien majeur à une émancipation de la créativité et un respect profond pour la collectivité ? La réponse est simple, soyons créateur d’activité et d’emploi au sein d’une coopérative d’entrepreneurs. Coapi soutient des femmes et des hommes qui sans être individualiste, vont au-devant de leurs souhaits tout en conservant des liens fort avec le collectif et ses vertus chaleureuses.

Nous nous réjouissons pour ce débat et tous les autres de vous accueillir sur le stand Coapi au salon de l’entreprise de La Rochelle les 10 et 11 octobre prochain.

Collaboration et coopération ne sont pas synonymes !

Je « collaboratione » ou je collabore ?

La collaboration : Cette notion, terme générique, recouvre différentes formes de relations professionnelles qui se suivent dans une succession de 8 paliers fondés sur l’intensité de la relation. Autant savoir ce dont on parle. Graduation dans les formes de collaboration : de la plus simple (information) vers des formes plus abouties comme le partenariat.

Information mutuelle : C’est la forme de collaboration minimale qui peut exister entre différents acteurs. Elle est une nécessité entre acteurs d’une même action : celle d’échanger des informations mutuelles permettant la réalisation de celle-ci.

Consultation : Pour qu’une collaboration existe, il est nécessaire que chacun puisse exprimer un point de vue, être consulté. On permet ainsi à l’autre d’influer sur notre propre action.

Coordination : Cette forme de collaboration nécessite outre l’échange d’information mutuelle entre les acteurs et la consultation éventuelle de convenir collectivement des modalités de l’action en cours, de l’organiser collectivement. Il faut « s’accorder avec d’autres acteurs ». Plus les acteurs sont « éloignés » plus cela va demander de l’énergie.

Concertation : On avance encore ici dans la notion de collaboration, puisqu’on crée une situation de négociation de laquelle on va pouvoir dégager collectivement une décision.

Coopération : c’est à plusieurs, d’imaginer, de décider, d’organiser, une action. Généralement sur une action de courte durée. Il y a dès le départ d’une action, une participation de tous les acteurs à la répartition des tâches entre les participants, une solidarité, une coresponsabilité dans la mise en oeuvre. Tous les participants n’ont pas forcément participé au choix de l’action.

Partenariat : C’est une forme assez aboutie de collaboration. D’une manière succincte, on pourra dire que c’est une situation dans laquelle tous les participants (qu’on appelle ici « les partenaires ») cheminent réellement ensemble du début du projet à son évaluation. Tous interviennent à égalité dans cette relation : toutes les compétences sont prises en compte et jugées complémentaires. La relation est horizontale sans assujettissement, et sans prise de pouvoir. Les actions en partenariat sont des actions souvent étendues dans le temps. Le partenariat implique une entente contractuelle qui, si elle maintient l’intégrité de chacun des partenaires, définit et répartit les responsabilités et le rôle des uns et des autres dans la poursuite comme dans le partage des résultats attendu

Cogestion et fusion : deux types de relations où l’on voit l’autonomie des parties quasiment disparaitre dans une fusion en une nouvelle entité où la poursuite des objectifs se fait dans une grande interdépendance.

Alors, quand une relation commerciale vous dit « on va être partenaire !», pour vous encourager à baisser votre prix de vente, cela signifie-t-il vraiment ce qui est écrit ci-dessus ?