coapi cooperative la rochelle liberte

De l’esclavage aux start-up sans contraintes

Alors que Coapi revendique promouvoir non pas une nouvelle forme de travail mais une nouvelle façon de considérer la valeur du travail, avec de la bienveillance, de la mutualisation et du partage, tout en cultivant l’autonomie de chacun, l’article d’Olivier Magnan sur le site ecoreseau.fr montre le chemin parcouru en retraçant l’évolution du travail : « De l’esclavage aux start-up sans contraintes »  !

Dans l’Antiquité, les Grecs et les Romains cherchaient à tout prix à se libérer du travail et de l’artisanat qui les rattachaient à l’animalité. Pour Aristote, le travail était un « genre de vie ignoble et contraire à la vertu ».
Au Moyen-Age, l’organisation change peu : il y a les seigneurs qui font la guerre, les paysans miséreux à leur service tandis que dans les villes commence à se développer une bourgeoisie commerçante dont le travail crée la richesse.
Jusqu’au XVIIème siècle, les choses n’évoluent guère, certes les seigneurs font moins la guerre mais l’aristocratie est plus oisive que jamais tandis que la besogneuse bourgeoisie continue d’affirmer sa puissance.
Aux XVIIIème et XIXème siècles La révolution industrielle transforme la notion de travail qui devient valeur d’échange : « tout travail mérite salaire » !

En 1936 sont instaurés les congés payés en même temps que les conventions collectives…
En 1946, dans le préambule de la constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé, il est affirmé que « la santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité ». Le mot, « bien-être », est lâché, mais ce n’est pas pour autant qu’il entre dans le champ du travail…
Dans les années 80 on s’intéresse aux horaires de travail ; dans les années 90 à l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Avant qu’au tournant des années 2000 l’on dénonce le harcèlement moral,
À partir de 2003, l’épuisement professionnel qu’on ne connaissait que chez les japonais arrive chez nous, c’est l’entrée en scène du burn out puis du bore out (l’ennui au travail) et autres blurring (confusion vie pro/vie perso).

Enfin depuis 2010, les générations X,Y et Z rejoignent le monde du travail et plus particulièrement les start-up, qu’ils abordent avec une autre philosophie, celle de privilégier leur vie personnelle, exit les horaires et les contraintes… mais une règle : que les objectifs fixés soient obtenus.
« Obligation de résultat contre auto-organisation fondée sur la confiance. Le bien-être au travail passera t- il par cette forme de lâcher prise ? » questionne olivier Magnan

Coapi s’inscrit dans cette dynamique du bien-être au travail : pas de hiérarchie, pas de contraintes horaires ou d’objectif, mais juste quelques règles pour le bien-vivre ensemble.
Une qualité de vie qui passe par un statut sécurisé, une attention et des pistes pour améliorer les conditions de travail, des partages de connaissances, etc. mais sans toucher à l’indépendance de chacun.