entrepreunariat coapi coopérative la rochelle vent poupe

L’entrepreunariat a le vent en poupe auprès des jeunes,

mais pas n’importe comment !

 

Une étude menée par France Active et OpinionWay auprès des 18-30 ans, relayée et commentée par la Rédaction de LCI, montre qu’un jeune sur deux préfère être entrepreneur que salarié, qu’ils ont envie de « faire bouger le monde », qu’ils apprécient un modèle où tout le monde est décisionnaire, qu’ils sont concernés par le développement durable, etc.

42,5% des 18-30 ans déclarent avoir envie de créer leur propre entreprise.
Plus d’un jeune sur 2 trouve d’ailleurs qu’il est plus motivant d’être entrepreneur que salarié. Un chiffre élevé qui serait une réponse à la crainte de s’ennuyer au travail, formulée par 43% d’entre eux.

Pour autant, s’ils ont envie d’être audacieux, ils n’en sont pas moins réalistes et prudents : 55% disent hésiter à se lancer pour des raisons financières, 37% en raison de la complexité des démarches.

78% désireraient bénéficier d’un « coup de pouce », qu’il s’agisse d’un financement du projet (31%), de l’appui d’un réseau professionnel (21%), de se faire guider par un coach (20%) ou d’obtenir une caution bancaire (6%).

Derrière cette volonté d’entrepreneuriat, les jeunes montrent également un état d’esprit plutôt idéaliste. Pour 60 % des jeunes, créer une entreprise est avant tout d’un moyen de faire bouger le monde. Ils sont 30% à envisager un modèle où tous les salariés seraient décisionnaires (type SCOP), 25% à vouloir mener un projet lié au développement durable ou à l’environnement ou encore créer une entreprise avec un projet social contre la pauvreté et l’exclusion.

Le statut que propose une coopérative d’activités et d’emplois telle que Coapi est une réponse aux nouvelles formes de travail que souhaitent les jeunes, et les moins jeunes, aujourd’hui…