coapi cooperative entrepreneur la rochelle clavier rse

Santé et travail, tous les chemins mènent au clavier

Santé et travail, une affaire de contexte ?

Dans le registre santé et travail, Coapi comme toute entreprise, se confronte aux exigences du Document Unique de l’Evaluation des Risques. Obligatoire depuis 2001, la démarche consiste à lister l’ensemble des risques dans la pratique du métier, de manière à anticiper le mieux possible les situations qui pourraient mettre à mal la santé des salariés.

Comme Coapi est une coopérative d’entrepreneurs indépendants, ce qui s’applique à logique de l’entreprise s’applique à chaque entrepreneur.euses.

En terme de santé et travail, réfléchir au risque semble être une évidence pour un couvreur, un livreur, un pêcheur, mais quand il s’agit d’un métier avec peu de mouvements, où l’on est assis le plus clair de son temps devant un ordinateur, la notion de risque fait même un peu sourire, et pourtant…

Santé et travail, la convergences des touches

Coapi, coopérative d’activité et d’emploi rassemble de nombreux métiers avec des univers très différents d’un professionnel à l’autre. Pour autant, il est un point commun à l’ensemble des professionnels de Coapi et du monde entier, l’utilisation quotidienne du clavier.
Ce point commun, presque lieu commun, tant il est évident que chacun y passe sans trop se poser de question, regorge de subtilités pas toujours ergonomiques et d’une faune hallucinante de bactéries alléchantes.

Depuis combien de temps n’avez-vous pas nettoyé votre clavier d’ordinateur ?

Une étude récemment publiée, et dont vous pourrez voir les détails en suivant ce lien, explique à quel point 97% de nos claviers sont infestés de bactéries. Si la grande majorité de ces bactéries sont celles que l’on trouve dans l’environnement de la peau de l’être humain, certaines, peut-être cachées sous la lettre “R”, ou encore le point d’exclamation, pourraient être des Staphylococcus aureus, voir des clostridium difficile, ou encore  Enterococcus, et cerise sur le gâteau, des Escherichia coli.

Nous nous lavons régulièrement les mains en sortant des toilettes, mais c’est un peu comme si nous les plongions dans la cuvette en revenant nous asseoir devant l’ordinateur. Il existe de nombreuses façon de nettoyer son clavier d’ordinateur, cela sera sans doute l’occasion d’un autre article, mais je vous recommande de ne pas l’attendre pour agir.

 

coapi charente maritime la rochelle rochefort saintes surgeres royan

Santé et travail, une nouvelle ergonomie du clavier

Nous sommes finalement assez peu dans le monde à utiliser le clavier Azerty. Je précise car tout le monde n’a pas forcément fait le lien, le nom de ce dernier est en lien avec l’enchaînement des lettre sur la ligne ou se trouve le “A”. Une autre façon de disposer les lettres sur un clavier est par exemple le Qwerty, bien connu des contrées anglo-saxonnes. Nous pourrions nous dire que l’Azerty est francophone, ce n’est pas faux, mais il n’est pas forcément de mise partout. En Suisse par exemple, même en partie francophone, le Qwerty règne.

La donne pourrait toutefois changer. De nombreux travaux sur l’étude de l’ergonomie des claviers et sur les limites de ces derniers font émerger des changements qui vont prendre place sur nos claviers dans les mois à venir. Ces changements sont en lien avec les mouvements répétitifs  sur nos “planches à lettres”, avec une volonté d’améliorer les gestes et de soulager les articulations des doigts. Vous découvrirez aussi très bientôt des changement en lien avec des lettres qui n’était pas très accessibles, comme les majuscules accentuées ou encore le “Ç” (cédille) et suprême délice, le “E” dans le “O”.
Je m’aperçois en écrivant cet article, que je ne sais pas où le trouver directement sur mon clavier pour le faire apparaître ici. (Si vous détenez le secret, merci de nous livrer la solution! 😉 )
Et si vous souhaitez en savoir plus sur la modifications très prochaine de nos claviers, je vous recommande la lecture de cet article.

Pour ce qui est de santé et travail, vous ne pourrez plus dire : “Mon clavier, je m’en lave les mains”.