Gironde, Nouvelle Aquitaine : collaboration entre structures ESS autour du bilan prospectif d’une politique de soutien à l’emploi culturel & artistique

Quatre entrepreneurs de Coapi impliqués autour d’une mission #data, et une belle rencontre pro avec “l’Autre Entreprise” pour le compte de la Direction de la Culture et de la Citoyenneté de Gironde.

coapi -entrepreneur indépendant

Depuis 2003, le Département de la Gironde initie ou soutient différents programmes d’actions destinés à consolider les projets et les emplois culturels et développer les activités et les compétences sur le territoire. Ces programmes d’action ont tous comme ligne directrice la nécessité de renforcer et de favoriser les coopérations et les partenariats de toutes natures et de tous les acteurs : porteurs d’idées, acteurs de territoire, prescripteurs, décideurs, financeurs, relais, experts, contributeurs techniques et chercheurs.

La politique départementale est reconnue pour l’intensité de sa contribution en faveur de l’emploi culturel, dans un contexte de désinvestissement culturel des échelons départementaux en France sur cette compétence territoriale depuis la loi NOTRe. Le dispositif PLACE – PLAteforme de Coopération pour l’Emploi culturel- lancé en 2015, est un exemple d’hybridation des politiques publiques « Emploi / Insertion / Culture ». Avec le concours du Fonds social européen, ce programme de soutien à l’activité des artistes et des professionnels de la culture, piloté par le Département de la Gironde, associe Pôle emploi Spectacle en tant que prescripteur et contributeur, et l’IDDAC, animateur du Pôle d’accompagnement professionnel

  • Dispositif étudié : PLACE, dispositif d’accompagnement à la professionnalisation des artistes et porteurs de projet culturels exposés à la précarité. (Vidéo)
  • Période étudiée : 2018-2020, avec des premiers effets de la crise sanitaire, sur un public de professionnels particulièrement impactés… 

Dans le contexte de la Covid 19, le besoin de développer des politiques volontaristes sur les territoires favorisant l’accès à l’emploi de ses habitants devient une évidence. Tous les secteurs ont été fortement impactés, tous demeurent extrêmement prudents quant à l’annonce d’une réelle reprise économique et d’un retour à la « normale ». Le secteur culturel ne fait pas office d’exception et fait face à la complexité de la reprise économique au regard de ses caractéristiques : accueil de public difficile, rares représentations, nombreux événements annulés… Il était plus que jamais opportun d’analyser les effets d’un dispositif comme PLACE et ses 120 participants sur 2018/2020 accompagnés individuellement sur 12 mois.

Bilan rapide côté Coapi  

Coapi était missionnée sur le datamining, l’analyse de l’ensemble des données disponibles, y compris textuelles. 

C’était la première fois que l’équipe du Département missionnait une équipe externe pour produire ce bilan prospectif. Ce dossier a été l’occasion d’une collaboration intra-coopérative initialement prévue autour de 2, puis 3, puis finalement 4 entrepreneurs Coapi, dont Sylvette Reynés, consultante en Savoir-faire artisanal et industriel d’excellence, sur la taxonomie des objectifs professionnels. 

Le partage de la mission a été grandement facilité par le système de facturation interne, avantage des coopératives.   

  •  un nouveau client content et convaincu de l’apport de la data  
  • de nouveaux amis et partenaires pros en région Nouvelle Aquitaine et à Paris 
  • un nouvel usage validé de la plateforme de datavisualisation ScanDatamining
  • un sujet qui concerne Coapi, l’emploi culturel et artistique en région 

Le sujet data, l’emploi culturel et artistique en région, était l’une de nos motivations 

Notre coopérative d’entrepreneurs généraliste sur le département de Charente-maritime, compte plusieurs profils artistiques et culturels comme Emeline, Graphiste-Illustratrice, ou bien encore d’autres “à la limite” de l’emploi culturel, de Virginie Troquereau, géographe au service de l’animation et la valorisation des territoires, au champs de la médiation, Daniel Tartonne, spécialisé en créativité collective au sein des territoires et Boris Collard, concepteur de solutions de mobilité et sa remorque-vélo de concertation, sans oublier l’ébéniste-artiste Arno Gibouin et la paysagiste Claire, notre rêtaise de Cnature. Même notre ancien président, après toute une carrière en entreprise, se consacre désormais à la céramique !  

Généraliste, la coopérative Coapi sert parfois de structure d’accueil et de transition pour des indépendants de tous secteurs qui arrivent en Nouvelle Aquitaine et choisissent de s’installer en Charente-Maritime. Sur les 3 premiers exercices, 25% des entrepreneurs coapi sont des indépendants venant d’ailleurs en France.

Sur la sphère culturelle, nous avons par exemple accueilli durant 1 an et demi un artiste numériste venu tout droit de Marseille, jérôme Abel, qui a fait le choix de vie de La Rochelle et a utilisé le statut d’entrepreneur salarié (ES) pour sécuriser une première activité auprès des universités et écoles, se recréer un réseau, avant d’intégrer ici en local le collectif d’artistes qui lui convenait le mieux, www.essence-carbone.com

Hétérogénéité des données + multiplicité des acteurs impliqués = plateforme de datavisualisation

Face à l’hétérogénéité des données et la multiplicité des acteurs impliqués, l’équipe Data Coapi a rapidement opté pour un partage des analyses et explorations sur la solution DataGone développée par SCAN Datamining au sein de Coapi. 

Brest Métropole, le Conseil départemental de Haute Savoie, le Syndical du Syndicat Mixte de Transport de la Réunion, et l’Agence d’Urbanisme de Corse y valorisent leurs enquêtes ménages déplacement. l’Agence Régionale Énergie-Climat de Nouvelle-Aquitaine utilise l’outil pour ses observatoires sur l’Air et les GES et les Déchets et l’économie circulaire.

C’était cependant la première fois que la plateforme était utilisée pour servir de support de présentation et d’échanges sur l’ensemble des analyses statistiques et pistes explorées pour favoriser les échanges de toutes les parties prenantes impliquées sur la Gironde. 

L’ensemble de notre boîte à outils data et outils statistiques a été utilisée : géolocalisation des candidats et du calcul des rayons de distance, visualisation du processus de sélection des candidats (Sankey), calcul des temps dans le parcours du point de vue du candidat (durées) ou bien encore exploitations statistiques sur les profils professionnels et pluri-activité, en relation avec les codes métiers Pôle Emploi.

La pluri-activité des artistes plasticiens…

comparée à celle des artistes interprètes.

Trois questions à “L’Autre” (Entreprise)

Cette mission a été l’occasion d’une belle rencontre pro. La constitution de l’équipe pour réponse à l’appel d’offres et la coordination de la mission a été menée par Delphine Vandevoorde, Consultante sénior ESS / Innovation sociale / RSE et gérante de L’Autre Entreprise. Interview.

C’est quoi ta coopérative et c’est quoi ton métier ? 

“L’Autre Entreprise est un cabinet conseil qui a été créé en 2009 sous forme de SARL, et que nous avons transformé en SCOP en 2015 parce que c’était l’ADN que nous voulions donner à notre projet. Notre vocation est de contribuer au développement de projets socialement innovants, soit en accompagnant ces projets (de leur création à leur développement) soit en accompagnant la mise en œuvre de politiques publiques ou de dispositifs favorables à leur développement. 

Nous avons choisi le nom « L’Autre Entreprise » pour dire qu’il est possible, et souvent bien plus intéressant, de combiner développement économique et utilité sociale. 

Mon métier c’est le conseil, l’accompagnement et l’évaluation de politiques publiques et projets privés dans le champ de l’innovation sociale, de l’emploi, de l’insertion, et de l’ESS. C’est cette variété de missions, d’interlocuteurs et de secteurs qui fait toute la richesse de ce métier. Je peux en même temps réaliser une étude de faisabilité pour la création d’un projet de mutualisation d’emploi dans le secteur du tourisme, conduire l’évaluation de la politique insertion d’un Département, et travailler sur les leviers de développement économique dans projets de renouvellement urbain.” 

Ce que tu retiens de cette première collaboration avec l’équipe data Coapi et l’exploitation statistique “tous azimuts” des données ? 

“Je retiens tout d’abord qu’une fois de plus, la coopération n’a que du bon ! Je parlais d’ADN tout à l’heure mais c’est vraiment ça. L’Autre Entreprise réalise beaucoup de ses missions en coopération avec d’autres cabinets, et ce croisement des approches et des domaines d’expertise est vraiment quelque chose qui nous stimule et nous motive. Ça nous aide à nous remettre en question, à progresser, et à nous adapter en permanence aux besoins de nos clients. Nous avons évidemment un lien étroit de coopération avec le cabinet Pluricité qui est associé de la SCOP, mais nous sommes aussi sollicités ou allons chercher des partenaires. C’est comme ça qu’est née la rencontre avec COAPI, et nous sommes ravis de cette collaboration. 

“La data n’est pas notre domaine, mais cela fait déjà un petit moment que l’on se dit qu’il y aurait des choses à explorer autour des données et des politiques publiques, que ce soit en matière de pilotage, de reporting, d’aide à la décision… Et à travers la mission pour le Département de la Gironde, j’ai pu en avoir la confirmation”.

Avec le Datamining, on est bien au-delà d’une « simple » exploitation statistique. Je pense que comme moi, de nombreux élus ou responsables de politiques publiques seraient étonnés de voir tout ce qu’il est possible de faire à partir des données qui sont souvent largement inexploitées alors que leur collecte mobilise une énergie et un temps considérable. À quand une petite démo Scandatamaning à créer à l’attention des décideurs publics du champ de l’emploi et de l’insertion ?”

“La data n’est pas notre domaine, mais cela fait déjà un petit moment que l’on se dit qu’il y aurait des choses à explorer autour des données et des politiques publiques, que ce soit en matière de pilotage, de reporting, d’aide à la décision… Et à travers la mission pour le Département de la Gironde, j’ai pu en avoir la confirmation”.

Un projet 2021 dont tu es fière ?

 “Le démarrage en 2021 d’une nouvelle mission comme je les aime, c’est-à-dire une mission qui permet d’aborder l’ESS de manière décloisonnée. C’est une étude réalisée avec le Labo de l’ESS commandée par le Ministère de la Mer, qui consiste à repérer, analyser et mettre en avant des projets de l’ESS qui relèvent des défis sociaux, économiques, et environnementaux dans le secteur maritime. Je me réjouis d’avance des échanges que nous allons pouvoir avoir avec des projets dans des domaines vraiment variés : protection des espaces maritimes et littoraux, transition écologique des activités marines, économie circulaire, circuits courts, insertion…Peut-être que l’une des visites de terrain nous amènera, qui sait, à La Rochelle ou ailleurs en Charente-maritime ? 

Merci à Delphine Vandevoorde pour cet entretien.
Fabrice Caïni, Rose Campbell, Véronique Seel et Sylvette Reynés pour la partie Coapi

Pour en savoir plus sur le dispositif Place : https://www.gironde.fr/culture/soutien-la-vie-culturelle-et-artistique#place 

***
Sur ce thème de l’emploi culturel et artistique en région, en partenariat avec la 1ère coopérative culturelle en Nouvelle-Aquitaine “Consortium Coopérative” (2015) nous souhaitons la bienvenue à l’antenne en phase d’expérimentation sur le territoire Dordogne-Gironde, portée par Consortium Coopérative et Coop’Alpha La COOP A CABANA

Mars 2021 – un article de Véronique Seel.